Echos de la commanderie

Page 3 sur 40 Précédent  1, 2, 3, 4 ... 21 ... 40  Suivant

Aller en bas

Echos de la commanderie - Page 3 Empty Re: Echos de la commanderie

Message par Aymeric22 le Lun 9 Fév - 0:49

Le retour de Drogba à l'OM, comme un serpent de mer
Interrogé sur le niveau de l'OM, et alors qu'il lui était suggéré que son ex-équipe avait besoin d'un attaquant de pointe de son profil, Drogba a ri et botté en touche. «Mais non, Drogba, ça ne les intéresse pas. Nino (Wiltord) est là et Brandao vient d'arriver. Il faut laisser ces gens-là prendre confiance plutôt que parler de Drogba. Drogba, il n'est pas là pour l'instant.» Les supporters marseillais peuvent se raccrocher à ce «pour l'instant». Et à l'impression que Drogba donne d'être ici comme chez lui.

Lequipe

Aymeric22
Admin

Messages : 13488
Date d'inscription : 12/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://www.omarseillais.net

Revenir en haut Aller en bas

Echos de la commanderie - Page 3 Empty Re: Echos de la commanderie

Message par fou_du_roi le Lun 9 Fév - 6:58

>>>>>>>>> bounce <<<<<<<<<

fou_du_roi

Messages : 2069
Date d'inscription : 12/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Echos de la commanderie - Page 3 Empty Re: Echos de la commanderie

Message par Aymeric22 le Lun 9 Fév - 23:31

Notre calendrier à venir en L1: Monaco, Le Mans, Caen et Valenciennes (puis paris...). On doit prendre 9 points sur les 4 prochains matchs.

Aymeric22
Admin

Messages : 13488
Date d'inscription : 12/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://www.omarseillais.net

Revenir en haut Aller en bas

Echos de la commanderie - Page 3 Empty Re: Echos de la commanderie

Message par fou_du_roi le Mar 10 Fév - 5:59

J'attends de voir comment on abordera le match contre Monaco surtout : il sera assez révélateur - si nos joueurs choisissent leurss matchs.

>>>>>>> bounce <<<<<<<<
fou_du_roi
fou_du_roi

Messages : 2069
Date d'inscription : 12/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Echos de la commanderie - Page 3 Empty Re: Echos de la commanderie

Message par fou_du_roi le Mar 10 Fév - 15:18

>>>>>> bounce <<<<<<<
fou_du_roi
fou_du_roi

Messages : 2069
Date d'inscription : 12/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Echos de la commanderie - Page 3 Empty Re: Echos de la commanderie

Message par Aymeric22 le Mar 10 Fév - 15:32

Gerets : "Diego, c'est le plus grand"
mardi 10 février 2009

L'entraîneur de l'OM a affronté Maradona deux fois lors des coupes du monde 1982 et 1986

Stade Aztec, 25 juin 1986, demi-finale de la coupe du monde, Argentine-Belgique: Éric Gerets essaie de s'opposer à Diego Maradona. En vain.

La photo a été prise le 25 juin 1986 au stade Aztec de Mexico. L'une des deux demi-finales de la coupe du monde oppose l'Argentine à la Belgique. Vingt-trois ans après, Éric Gerets laisse filtrer un mélange de plaisir et de fierté à l'évocation de ces heures-là...

"Ce n'est pas le goal là. Parce que sur le but, je rate mon intervention. Mais sur ta photo, c'est pareil, j'arrive trop tard, il peut frapper. Il était tellement fort. Sans lui, nous avions une chance. Avec lui, l'Argentine jouait à douze..."

La sélection de Carlos "Narigon" Bilardo comptait quelques joueurs moyens, des grognards, porteurs d'eau de Diego et deux joueurs de classe mondiale qu'étaient Burruchaga et Valdano. Mais tout tournait autour de Maradona.

"Même ces deux-là étaient dans l'ombre de Diego. Il était meneur de jeu, il était finisseur, il n'y avait rien à faire en 1986. Il a tué l'Angleterre à lui tout seul en quarts de finale, et ensuite la Belgique en demies.

"Sur le premier goal, Jean-Marie Pfaff aurait dû rester sur sa ligne. Sur le deuxième, j'essaie de tacler avec l'extérieur du pied, mais il peut frapper du côté opposé au gardien et marque." Ce document révèle tout de même deux beaux athlètes au sommet de leur art. Un artiste incomparable et l'un des meilleurs arrières latéraux européens de l'histoire. Même aujourd'hui, ils ont l'air modernes.

"Quand je me regarde dans un miroir, je vois bien que je ne suis plus le même! Je ne veux pas me mettre à côté de Diego qui appartenait à un autre monde, mais à mon poste, je me débrouillais bien et ça m'a fait plaisir de pouvoir jouer deux fois contre Diego." Car si la Belgique perd la demi-finale de 1986, elle avait gagné le match d'ouverture de 1982(1-0, but de Vandenbergh)face à l'Argentine tenante du titre.

"Il était moins bien et notre tactique était basée sur une tenaille. Dès qu'il avait le ballon, deux, trois joueurs restaient très proches de lui pour l'empêcher de développer son jeu, il était souvent dans la zone de Ludo Coeck. Ça a marché en 1982, ça n'aurait sans doute pas fonctionné en 1986, car il était deux classes au-dessus. Notre meilleure équipe était celle de 1980, avec Wilfried Van Moer, qui ne pouvait plus autant courir en 82.

"Et je n'ai pas un très bon souvenir de 1982, parce que j'ai fini K.-O., après avoir été percuté par Jean-Marie Pfaff contre la Hongrie. J'ai dû être rapatrié au pays et j'ai manqué le 2e tour."

"Diego est vraiment le plus grand contre qui j'ai joué. Avec le ballon, il était plus rapide que tous les autres joueurs sans ballon."

"À Mexico, nous nous sommes retrouvés au contrôle anti-dopage. Chacun avec sa bière et sa cigarette, sans public, sans témoin, deux êtres humains, qui ont discuté en italien. C'est un souvenir inoubliable. Je voyais ce bonhomme et je me disais que c'était étrange que ce petit mec soit capable de jouer ce football magique."

Laprovence
Aymeric22
Aymeric22
Admin

Messages : 13488
Date d'inscription : 12/12/2008
Age : 40
Localisation : Tahiti

Voir le profil de l'utilisateur http://www.omarseillais.net

Revenir en haut Aller en bas

Echos de la commanderie - Page 3 Empty Re: Echos de la commanderie

Message par Aymeric22 le Jeu 12 Fév - 23:52

Le double visage de Mandanda


Publié le vendredi 13 février 2009

Brillant avec l'OM, il enchaîne les performances sans éclat avec les Bleus

Souriant, Steve Mandanda peine pourtant à confirmer ses excellentes prestations olympiennes sous le maillot tricolore. Une situation qui, si elle s'étire dans le temps, pourrait faire le jeu de son actuelle doublure, Hugo Lloris (à gauche).

Les coïncidences sont parfois étonnantes. Et révélatrices. Dimanche 8 février, stade Vélodrome. On joue la 40e minute de la rencontre OM-Bordeaux et Steve Mandanda réussit une parade aussi décisive que spectaculaire face à Fernando Cavenaghi. Au final, l'OM s'impose 1-0.

Même lieu, même minute de jeu mercredi soir. Cette fois, l'action est moins limpide, la frappe d'un autre Argentin, Jonas Gutierrez, apriori moins dangereuse. Mais l'infranchissable Mandanda du week-end dernier se détend cette fois à contretemps. L'équipe de France s'incline 2-0. Le Steve Mandanda si souvent décisif avec l'OM semble perdre tous ses moyens une fois la tunique bleue sur les épaules.

Difficile d'ailleurs de trouver trace d'un arrêt déterminant lors de ses sept sélections, si ce n'est lors du déplacement en Suède, en août dernier. Au contraire, sa responsabilité est souvent engagée lorsqu'il s'agit de décortiquer les buts encaissés. Fébrile sur des ballons aériens face à l'Autriche (1-3), la Serbie (2-1) et la Roumanie (2-2) - où il ne fut guère aidé par sa défense -, il se troua contre la Tunisie (3-1). Il est bien loin le Mandanda serein et rassurant qui évolue chaque semaine dans le but olympien.

Comment expliquer une telle différence de performance ? "Ça prouve au moins que Steve n'est pas le robot qu'on présentait à ses débuts, souligne Gaétan Huard, ancien gardien de l'OM et actuel homme de terrain de Canal +. Même si le rebond n'a pas été très gentil avec lui contre l'Argentine, il est vrai qu'on ne peut pas se permettre ce genre d'erreur à ce niveau. Mais il ne faut pas non plus remettre en cause ses qualités.

"C'est un gardien phénoménal, pour qui tout est allé très vite. S'imposer à Marseille, c'est formidable. En faire de même en équipe de France, c'est autre chose. Chaque performance y est décryptée, c'est le très haut niveau. Ce genre de situation va lui permettre de progresser, de mûrir, de forger son expérience".

Forcément, l'ombre de Hugo Lloris, actuel numéro deux dans la hiérarchie établie par Raymond Domenech, plane à la moindre baisse de performance de Mandanda. Une concurrence trop dure à gérer pour l'ancien havrais ? "Il y a davantage de sagesse dans la gestion de la carrière de Lloris que dans celle de Mandanda, poursuit Huard. Hugo a plus d'expérience que Steve en Ligue1, plus de vécu.

"Mais il ne faut surtout pas leur mettre la pression, les monter un contre l'autre. Nous avons deux grands gardiens, et même quatre si l'on ajoute Carrasso et Douchez, et on doit s'en féliciter. Beaucoup de très bons gardiens, René Charrier, Lionel Letizi et Sébastien Frey notamment, se sont brûlé les ailes chez les Bleus. Alors laissons Steve travailler, il a tout pour réussir. Désormais, c'est dans sa tête qu'il doit franchir un cap et la force mentale, il l'a".

Tout comme la confiance du sélectionneur national. L'objectif est d'ailleurs clairement défini : la coupe du monde 2010. "Si on doit le faire jouer pour acquérir de l'expérience afin qu'il soit au top à cette échéance, c'est maintenant, note Huard. Alors laissons-le apprendre tranquillement son métier".

Steve Mandanda bénéficie encore de quelques jokers. Mais la double confrontation face à la Lituanie (28 mars à Kaunas et 1eravril au Stade de France) sera certainement déterminante pour le poste convoité de numéro 1 des Bleus.

Laprovence
Aymeric22
Aymeric22
Admin

Messages : 13488
Date d'inscription : 12/12/2008
Age : 40
Localisation : Tahiti

Voir le profil de l'utilisateur http://www.omarseillais.net

Revenir en haut Aller en bas

Echos de la commanderie - Page 3 Empty Re: Echos de la commanderie

Message par fou_du_roi le Ven 13 Fév - 6:03

>>>>>>> bounce <<<<<<<<<
fou_du_roi
fou_du_roi

Messages : 2069
Date d'inscription : 12/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Echos de la commanderie - Page 3 Empty Re: Echos de la commanderie

Message par el magnifico le Ven 13 Fév - 10:38

tant que mandanda pete tous avec l'oheme le reste shock
el magnifico
el magnifico

Messages : 118
Date d'inscription : 11/02/2009
Age : 39

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Echos de la commanderie - Page 3 Empty Re: Echos de la commanderie

Message par fou_du_roi le Sam 14 Fév - 4:24

>>>>>>> bounce <<<<<<<<
fou_du_roi
fou_du_roi

Messages : 2069
Date d'inscription : 12/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Echos de la commanderie - Page 3 Empty Re: Echos de la commanderie

Message par Aymeric22 le Dim 15 Fév - 3:37

Tranquille comme Brandao

Qui est vraiment Brandao et quel niveau a-t-il ? Les questions concernant Evaeverson Lemos da Silva, plus connu sous le nom de Brandao n'ont pas encore trouvé toutes leurs réponses. Le nouveau Brésilien de l'OM n'a pas encore totalement convaincu lors de ses dernières prestations et les critiques n'ont pas manqué ces dernières semaines. Brandao ne s'en émeut pas. Il répète souriant qu'il reste "tranquilo", qu'il sait ce qu'il vaut et qu'avec son premier but, tout rentrera dans l'ordre. « A chaque match, je progresse un peu plus et dès que j'aurai marqué un ou deux buts, ça facilitera les choses, nous a-t-il confié. Il faut que l'équipe gagne et que je marque pour qu'une confiance mutuelle s'installe. J'ai actuellement un programme de remise en forme car je revenais de 25 jours de vacances. Mais je me sens bien. »

Brandao était déjà le surnom de son père, comme lui footballeur professionnel. « Le petit d'un poisson devient poisson lui-même », rappelle-t-il, comme on le dit dans son pays. Aussi écoute t-il avec avidité les conseils de l'ancien attaquant, beaucoup plus que ceux des autres. Toute sa famille l'a suivi en Europe depuis ses débuts et l'entoure encore sur la Méditerranée. « Quand je rentre à la maison, je regarde mes matches avec mon père. Il connaît parfaitement le jeu, et il me donne des conseils : ?Ne reste pas là, fait ce mouvement, celui-là?. Vraiment, la meilleure vidéo qui existe, c'est mon papa ! Donc les critiques, je suis le premier à connaître. Ces critiques vont surtout m'obliger à travailler plus. Ça doit être constructif, m'inciter à batailler. Je sais que je peux faire plus qu'aujourd'hui. Chacun a son histoire. Moi, je dois écrire la mienne. »

Du froid ukrainien à la chaleur phocéenne
Son arrivée en Ukraine lui a forgé un mental à toute épreuve. « L'adaptation n'était évidemment pas facile avec ce climat glacial. Tout a été difficile jusqu'à ce que ma famille arrive. Là-bas, j'ai beaucoup travaillé pour rester. J'ai pleuré tous les jours à mon arrivée... Ça a été une très bonne expérience, une grande préparation. j'ai toujours eu l'espoir qu'un jour, je pourrai aller dans un grand club et, grâce à Dieu, ça a fini par arriver avec Marseille. » C'est la cellule de recrutement de l'OM qui a été alertée par son agent au Brésil.

Gerets a été séduit par son profil de joueur costaud et travailleur après l'échec des négociations avec Larsson. Selon Gerets, Brandao est capable d'être décisif dans les deux surfaces et de marquer des buts. Il en réussissait une dizaine par saison en Ukraine. « Il veut que j'oriente le jeu de la tête, que je protège bien mon ballon et que je sois toujours en mouvement, que je travaille beaucoup pour l'équipe. Il veut que je sois plus présent dans le jeu aérien. » Son entente avec Wiltord commence à prendre forme même s'il doit faire ses preuves dans les prochaines semaines. Mais cet adepte de l'église évangéliste croit en sa bonne étoile. Il est sûr de réussir à Marseille. La pression, il ne connaît pas...

Lequipe
Aymeric22
Aymeric22
Admin

Messages : 13488
Date d'inscription : 12/12/2008
Age : 40
Localisation : Tahiti

Voir le profil de l'utilisateur http://www.omarseillais.net

Revenir en haut Aller en bas

Echos de la commanderie - Page 3 Empty Re: Echos de la commanderie

Message par fou_du_roi le Dim 15 Fév - 6:15

>>>>>>> bounce <<<<<<<<<
fou_du_roi
fou_du_roi

Messages : 2069
Date d'inscription : 12/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Echos de la commanderie - Page 3 Empty Re: Echos de la commanderie

Message par Aymeric22 le Lun 16 Fév - 9:35

OM - Rodriguez très incertain

Souffrant du pied, le défenseur de l'OM Julien Rodriguez est très incertain pour la rencontre de coupe de l'UEFA de jeudi face à Twente. Lundi, à la Commanderie, le coach olympien Eric Gerets a déclaré vouloir le «préserver». En phase de reprise, Cana ne devrait quant à lui logiquement pas être dans le groupe. Côté terrain, Wiltord et Brandao n'étant pas qualifiés et Niang pas encore totalement prêt (même s'il sera dans le groupe), Gerets a indiqué qu'il allait changer de système pour n'évoluer qu'avec une seule pointe en attaque (Koné).

lequipe
Aymeric22
Aymeric22
Admin

Messages : 13488
Date d'inscription : 12/12/2008
Age : 40
Localisation : Tahiti

Voir le profil de l'utilisateur http://www.omarseillais.net

Revenir en haut Aller en bas

Echos de la commanderie - Page 3 Empty Re: Echos de la commanderie

Message par Invité le Lun 16 Fév - 9:43

j'espère qu'il va manquer que ce match parce qu'il métamorphose notre défense
on fera pas une bonne fin de saison sans lui

tactiquement on peut s'attendre à un passage de ziani sur la droite et à un retour dans l'équipe de zenden ou ben arfa à gauche pour épauler la seule pointe



rectification, ziani forfait lui aussi
on n'a donc que 2 attaquants et 3 milieux offensifs à disposition
pas trop le choix si on joue avec une seule pointe, on aura surement zenden à gauche et ben arfa et valbuena qui se partagent l'axe et le côté droit

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Echos de la commanderie - Page 3 Empty Re: Echos de la commanderie

Message par Aymeric22 le Lun 16 Fév - 11:24

A moins que Samassa ne puisse jouer...et là on peut soit garder le losange, soit mettre Koné à droite et Ben Arfa à gauche.
Aymeric22
Aymeric22
Admin

Messages : 13488
Date d'inscription : 12/12/2008
Age : 40
Localisation : Tahiti

Voir le profil de l'utilisateur http://www.omarseillais.net

Revenir en haut Aller en bas

Echos de la commanderie - Page 3 Empty Re: Echos de la commanderie

Message par fou_du_roi le Mar 17 Fév - 6:10

>>>>>> bounce <<<<<<
fou_du_roi
fou_du_roi

Messages : 2069
Date d'inscription : 12/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Echos de la commanderie - Page 3 Empty Re: Echos de la commanderie

Message par fou_du_roi le Mer 18 Fév - 10:55

>>>>>> bounce <<<<<<<

>>>>>> bounce <<<<<<<
fou_du_roi
fou_du_roi

Messages : 2069
Date d'inscription : 12/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Echos de la commanderie - Page 3 Empty Re: Echos de la commanderie

Message par fou_du_roi le Mer 18 Fév - 22:27

>>>>>> bounce <<<<<<<
fou_du_roi
fou_du_roi

Messages : 2069
Date d'inscription : 12/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Echos de la commanderie - Page 3 Empty Re: Echos de la commanderie

Message par Aymeric22 le Jeu 19 Fév - 2:50

Diouf : « Au bout si possible »
Des quatre clubs français engagés en Coupe de l'UEFA, Marseille est celui qui donne l'impression de posséder le plus d'atouts pour aller loin. Au-delà d'un passé récent qui associe l'OM aux grands frissons européens (une victoire, trois finales en vingt ans), le club phocéen est celui qui tient, sur la C3, le discours le plus volontariste. Dans l'entretien qu'il nous a accordé avant le seizième de finale face à Twente, jeudi soir, le président Pape Diouf parle «d'aller au bout, si possible.»

« Pape Diouf, avec quel objectif l'OM aborde-t-il les seizièmes de finale de la Coupe de l'UEFA ?
Aller le plus loin possible. Ce n'est pas une compétition que nous allons prendre par-dessus la jambe. Pour nous qui ne sommes plus qualifiés dans les coupes nationales, ce peut être un terrain très appréciable.

On s'étonne que les clubs français ne se montrent pas capables de la gagner alors que les Russes ou les Turcs l'ont récemment remportée. Qu'en pensez-vous ?
Ce n'est pas pour ça qu'elle est à notre portée. Il faut aller puiser dans ses ressources pour la gagner. L'OM a disputé la finale deux fois ces dernières années (1999, 2004). Parme et Valence n'étaient pas les premiers venus.

Marseille a laissé filer bêtement la qualification contre le futur vainqueur, le Zenith Saint-Petersbourg, l'an passé. Y pensez-vous souvent ?

Deux défaites, depuis que je suis là, sont restées comme des échecs durs à avaler. Il y a la finale de la Coupe de France 2007 contre Sochaux et cette élimination-là. Nous gagnons l'aller 3-1 après avoir mené 3-0. On prend le but qui nous élimine en toute fin de match. Et pour le match retour, je m'en souviens parfaitement, nous nous étions endormis sur nos lauriers. Nous n'avions pas répondu à l'exigence de la compétition. Nous avons pensé que notre avance était suffisamment importante pour nous permettre de ne pas rester sur le qui-vive. C'était une erreur et nous le commettrons plus. Mais rien ne dit que nous aurions réalisé le même parcours que le Zenith si on s'était qualifiés. Le Zenith a notamment affronté le Bayern dans des circonstances infiniment favorables, que nous n'aurions peut-être pas connues.

Lorsque vous parlez de circonstances infiniment favorables, à quoi faîtes-vous référence* ?
A des circonstances de jeu. Un match ne ressemble pas à un autre. Et le Zenith a battu largement le Bayern, si je me souviens bien (4-0).

Avec le recul, la phrase sur ''les vizirs et les nababs'', vous la trouvez toujours appropriée** ?
Oh, j'ai dit à l'époque qu'elle avait été extraite d'un ensemble d'éléments. Mais si ça a pu faire sourire et rester dans les bons mots de la vie olympienne, pourquoi pas ?

La Coupe de l'UEFA sert souvent de variable d'ajustement pour gérer l'effectif et reposer les cadres, avec l'idée que la L1 est plus importante...
Honnêtement, noue ne sommes pas dans cet état d'esprit. La Coupe de l'UEFA, ce n'est pas juste une compétition en plus. C'est une compétition internationale, avec des équipes prestigieuses, que nous jouerons si possible pour aller jusqu'au bout. Elle ne sert absolument pas pour faire de la mesure de temps de jeu. Eric Gerets est dans l'esprit de faire jouer la meilleure équipe possible au moment dit. Il pourra avoir besoin de faire souffler tel ou tel joueur, mais il pourra exercer ce besoin sur un match de L1.

Eric Gerets a beaucoup d'expérience dans les Coupes d'Europe. Estimez-vous qu'il a apporté un vrai plus dans la gestion de ces événements ?
Le vrai plus, nous n'en parlerons que quand il se traduira concrètement sur le terrain. Il connaît Europe, la férocité de la compétition, mais le fait que n'ayons pas été plus loin que les huitièmes de finale l'an passé et que nous n'avons pas pu tirer le meilleur parti de notre position en première phase de Ligue des champions nous oblige à faire de vrais efforts. Eric en est conscient.

Vous parlez de la Ligue des champions. Avec le recul, comment analysez-vous l'échec de la première phase cette saison ?
D'abord par le manque d'efficacité. Je persiste à penser que le match contre Liverpool au Vélodrome (1-2), on devait, pour le moins, vraiment au pire, partager les points. On devait gagner ce match... A Madrid aussi (1-2), on a manqué de réalisme. A Anfield aussi (0-1). On a montré qu'on pouvait rivaliser. Mais il faut savoir tuer les matches, mieux s'adapter au contexte européen. Sur le jeu même, franchement, je n'ai pas le sentiment que nous avons été surclassés.

C'est étonnant que vous ne parliez pas de la défaite à Eindhoven (0-2)...
Le non-match. Après un succès intéressant à Valenciennes, nous avons pêché par excès de confiance.

Un club français, Marseille par exemple, aura-t-il les moyens de gagner la Ligue des champions à nouveau à l'avenir ?
Telle que la situation se présente non, sauf parcours ex-cep-tion-nel à tous points de vue, avec notamment une réussite phénoménale. La réalité des choses, aujourd'hui, est que nous sommes loin des années 90, avant l'arrêt Bosman, quand la meilleure écurie française, en l'occurrence l'OM, avait en son sein les meilleurs nationaux. Réfléchissez à une équipe de L1 où les Français d'Arsenal, de Chelsea, de la Liga joueraient ensemble. L'OM c'était Barthez, Desailly, Di Méco, etc. Pas un club en France aujourd'hui ne pourrait réunir une telle équipe.

Et pour gagner la Coupe de l'UEFA, faut-il tout ça ?
La concurrence est moins féroce, les exigences sont différentes, moins grandes, mais elles sont réelles.

Les supporters de l'OM peuvent-ils se satisfaire de l'idée que gagner la Ligue des champions n'est plus possible ?
Ce n'est pas parce qu'ils sont supporters qu'ils croient au père Noël. Avec les écuries dont je parlais tout à l'heure, qui d'ailleurs, contrairement à nous, ont la capacité de s'endetter, ils savent que la Ligue des champions d'aujourd'hui, ce sont les douze travaux d'Hercule.

Vous affirmiez récemment dans L'Equipe que la Ligue des champions était dans les gênes de l'OM. Que vouliez-vous dire ?
Qu'il y a un côté irréductible, pour un club comme l'OM, à devoir aller en Coupe d'Europe pour y avoir de hautes ambitions. C'est naturel. C'est dû à notre statut, mais pas seulement. Nous sommes le seul club en France à avoir gagné la Ligue des champions et nous serions heureux d'être les premiers à gagner la Coupe de I'UEFA, ce doublé ne manquerait pas d'allure. L'ambition est naturelle, du fait des potentialités du club. »


* Selon le journal espagnol ABC, des mafieux russes originaires de Saint-Pétersbourg se sont vantés d'avoir payé plus de 20 millions d'euros pour assurer la victoire du Zénith en Coupe de l'UEFA la saison dernière, en demi puis en finale.

** Le 13 mars 2008, au lendemain de l'élimination, il avait déclaré : «Le match de jeudi m'a empli d'un sentiment de colère. Il est manifeste que des joueurs se sont pris pour des nababs, des vizirs.»

Lequipe
Aymeric22
Aymeric22
Admin

Messages : 13488
Date d'inscription : 12/12/2008
Age : 40
Localisation : Tahiti

Voir le profil de l'utilisateur http://www.omarseillais.net

Revenir en haut Aller en bas

Echos de la commanderie - Page 3 Empty Re: Echos de la commanderie

Message par Aymeric22 le Sam 21 Fév - 3:02

Niang : "Il me faudra du temps"


Publié le samedi 21 février 2009

Après deux mois et demi d'absence, le Sénégalais a joué 66 minutes jeudi face à Twente. Mais il a souffert...

Mamadou Niang n'a pas été épargné par les Néerlandais jeudi soir. "J'ai reçu beaucoup de coups", raconte le Sénégalais, qui se donne un mois pour "retrouver ses sensations".

Deux mois et demi. C'est le temps qu'il aura fallu attendre pour voir Mamadou Niang retrouver la place qui est la sienne au sein de l'attaque olympienne. Deux mois et demi durant lesquels l'OM, orphelin de son meilleur atout offensif, a souffert pour se frayer un chemin vers les filets adverses.

Sept buts seulement inscrits en dix matches : on ne peut pas dire que les suppléants du Sénégalais aient brillé par leur efficacité... "On s'était habitués à un style de jeu quand j'étais sur le terrain. On avait peut-être plus d'automatismes. Certains avaient pris leurs repères par rapport à moi", tente de justifier Niang.

Remplacé à l'heure de jeu lors du match contre Nice (2-1), le 6 décembre dernier, l'indéboulonnable buteur des Lions de la Teranga a dû prendre son mal en patience pour soigner sa blessure au pied gauche. "Deux mois et demi sans jouer, c'est long et c'est frustrant parce que sur une fracture, on ne peut pas faire de soins, précise Niang. Il a fallu du temps pour que ça se consolide."

S'il dit avoir été "surpris" par sa titularisation jeudi en Coupe UEFA face à Twente, "Mamad'" en avait toutefois discuté avec Éric Gerets et le staff médical. "Je pense que j'avais besoin de temps de jeu, pour savoir où j'en étais. Au niveau personnel, les 66 minutes que j'ai effectuées ont été bénéfiques."

"Tous fautifs !"

Sur un plan plus collectif, on ne peut toutefois pas dire que sa rentrée ait poussé ses coéquipiers vers l'avant."Le coach nous avait avertis de la qualité de Twente, il nous avait prévenus par rapport au défi physique qui allait nous être imposé. On n'a pas été attentifs à son discours. Nous sommes les premiers fautifs !", s'insurge le meilleur finisseur de l'OM ces trois dernières saisons.

L'agressivité néerlandaise ne lui faisait pourtant pas peur."J'ai essayé d'aller le plus souvent possible au contact, j'ai reçu beaucoup de coups, et on m'a marché sur le pied", raconte-t-il. Voilà pourquoi hier matin, le Sénégalais a été dispensé de décrassage avec le reste du groupe.

"Après la défaite, j'ai eu du mal à m'endormir, poursuit Mamadou Niang. J'étais mieux que je ne l'aurais pensé, mais j'ai ressenti une douleur en fin de première mi-temps et après la reprise, le coach a fait le bon choix en me sortant, parce qu'il était préférable d'arrêter de forcer.J e ne suis pas encore à 100%, mais avec le temps, la souffrance va s'atténuer. Pour l'instant, j'ai encore des problèmes au niveau des appuis lorsque je commence à accélérer."

Le N.11 olympien se donne "un mois pour retrouver ses sensations" et donc, son meilleur niveau. Il ne craint pas la pression qui pèse sur ses épaules, refuse d'être un "sauveur" et rejette l'idée d'une Niang-dépendance. "Un joueur ne fait pas une équipe. Nous sommes onzesur le terrain, onze à pouvoir faire la différence. Quand j'étais blessé, j'ai vu mes coéquipiers faire des bons matches, face à Bordeaux (1-0), puis à Monaco (1-0). Le seul qu'ils aient raté, c'était à Lyon, en coupe de France. Tout ce que je souhaite, c'est qu'à la fin d'un match, l'OM gagne les trois points, que je joue ou non..."

Si le Sénégalais ne sera peut-être pas aligné dès le coup d'envoi demain face au Mans, il n'en reste pas moins persuadé que l'OM a encore une très belle carte à jouer en Ligue 1. "On a une occasion en or de décrocher un podium en fin de saison. La qualité est là, on peut aller loin. Le titre, j'y crois !, lance-t-il. Tout est possible, on n'est qu'à cinq points de Lyon, il suffit d'un faux pas de l'OL.

"Quand je pense aux points que l'on a bêtement perdus contre Lorient ou Nancy... On s'est inclinés à trois reprises à domicile en championnat. Il faut effacer tout de suite la défaite face à Twente, pour nos dirigeants et pour nos supporters. Au stade Vélodrome, on se doit de gagner !" Reste maintenant à passer du discours à l'acte...

Laprovence
Aymeric22
Aymeric22
Admin

Messages : 13488
Date d'inscription : 12/12/2008
Age : 40
Localisation : Tahiti

Voir le profil de l'utilisateur http://www.omarseillais.net

Revenir en haut Aller en bas

Echos de la commanderie - Page 3 Empty Re: Echos de la commanderie

Message par fou_du_roi le Sam 21 Fév - 5:11

>>>>>> bounce <<<<<<<
fou_du_roi
fou_du_roi

Messages : 2069
Date d'inscription : 12/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Echos de la commanderie - Page 3 Empty Re: Echos de la commanderie

Message par Aymeric22 le Lun 23 Fév - 13:28

Gerets, des signes de lassitude ?

Publié le lundi 23 février 2009

L'entraîneur olympien ne s'est pas présenté face à la presse ce matin et semble de plus en plus usé

Après le nul face au Mans, hier, le technicien belge a boudé la presse aujourd'hui à La Commanderie.


Ce matin à La Commanderie, Eric Gerets est resté dans son coin pour finalement bouder la presse. Surprenant. Car depuis qu'il est au club (le 25 septembre 2007, ndlr), le technicien belge a rarement - voire jamais - manqué ce rendez-vous, qui plus est un lendemain de match.

En général, celui-ci prend le temps de répondre aux questions, discute et n'abrège jamais l'échange. De temps à autres, il se mêle aux fumeurs armé de son "Cohiba". Alors, aujourd'hui, pourquoi ce silence ? On ne le saura pas. Aucune explication n'a été avancée. Et pourtant, il s'est tout de même invité sur l'émission d'OMtv "Décrassage", dont le plateau est installé en bordure du terrain.

Est-il usé par le contexte olympien ? Est-il fatigué des performances en demi-teinte de ses ouailles ? Les questions sont légitimes. A sa décharge, avoir promis du spectacle aux supporters du Vélodrome, pour les matches de Twente et Le Mans, lui a sans doute mis un sacré coup au moral.

Ces derniers temps, ses propos sont empreints d'une certaine lassitude. Il fallait l'entendre, hier, répéter inlassablement "C'est la vie..." ou encore "Il ne faut pas dramatiser". En début d'année, aurait-il dit après une rencontre ratée de ses hommes comme face au MUC : "L'adversaire mérite ce point" ? L'entraîneur comme le joueur n'ont jamais été du style à baisser les bras, à renoncer. Mais là, ses paroles étonnent.

Jusqu'ici, ses talents de communiquant lui ont permis de tirer son groupe vers le haut et, accessoirement, son épingle du jeu. Droit, honnête et toujours prêt à motiver ses troupes, il n'a pas hésité à dire ses quatre vérités lorsque le besoin s'est fait sentir. Taiwo, M'Bami ou Cissé peuvent confirmer.

Que penser, donc, quand le "lion de Rekem" ne rugit plus ? Lui qui ne cachait pas sa joie, il y a dix jours de cela, semble complètement frustré aujourd'hui. "On a d'autres soucis que le titre, a-t-il lancé sur le site internet du club hier soir...

Laprovence
Aymeric22
Aymeric22
Admin

Messages : 13488
Date d'inscription : 12/12/2008
Age : 40
Localisation : Tahiti

Voir le profil de l'utilisateur http://www.omarseillais.net

Revenir en haut Aller en bas

Echos de la commanderie - Page 3 Empty Re: Echos de la commanderie

Message par Invité le Lun 23 Fév - 14:23

la presse l'adore et ça lui évite depuis le début la moindre critique
si il commence à se les mettre à dos sa popularité va chuter rapidement

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Echos de la commanderie - Page 3 Empty Re: Echos de la commanderie

Message par fou_du_roi le Lun 23 Fév - 22:26

>>>>>> bounce <<<<<<<
fou_du_roi
fou_du_roi

Messages : 2069
Date d'inscription : 12/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Echos de la commanderie - Page 3 Empty Re: Echos de la commanderie

Message par Aymeric22 le Mar 24 Fév - 10:33

Critiqué, Valbuena reste debout

Publié le mardi 24 février 2009

Mis en cause pour sa "facilité" à plonger sur les terrains, le meneur de jeu olympien refuse cette étiquette

OM - Le Mans, 39e minute: au contact de Geder, Valbuena s'effondre et réclame un penalty. L'arbitre ne sifflera pas faute. Jugement impartial ou début d'une mauvaise réputation?

Si Olivier Thual avait accordé un penalty à Mathieu Valbuena, contre Le Mans, à l'issue d'une action litigieuse entre le meneur de jeu olympien et le défenseur Geder, et si l'OM l'avait emporté 1-0, l'entraîneur du MUC Daniel Jeandupeux n'en aurait pas dormi. Lui qui avait cru bon de créer la polémique à la veille du match, lançant sur LaProvence.com, "au stade Vélodrome, l'ambiance va forcément peser sur les choix de l'arbitre; en plus, un joueur comme Valbuena en rajoute toujours beaucoup; il tombe cinq fois par match sans qu'on le touche."

À l'issue de cette rencontre insipide, le technicien suisse en a rajouté une couche. "Il perd sa crédibilité dans la surface, notait-il. À force de provoquer, l'arbitre ne sait plus s'il y a simulation ou pas. (...) À chaque fois qu'il y a un contact, il plonge !" Valbuena mérite-t-il tant d'acharnement ? Sûrement pas, quand bien même est-il parfois coupable de jouer la faute, de chercher à obtenir un coup franc voire plus.

Un comportement stigmatisé par Javier Aguirre, l'ancien entraîneur de l'Atlético de Madrid en octobre, en Ligue des champions; ce dernier avait cru bon de l'insulter pour l'inciter à se relever plus rapidement... À l'entraînement, il arrive aussi à Valbuena de tomber plus que de raison. Ce qui a déjà agacé, voire amusé certains de ses partenaires.

Hier, à La Commanderie, le milieu de terrain de poche (1,67 pour 58 kg) de l'OM a tenté de s'expliquer. Avec maladresse, mais sincérité. "J'ai un jeu où je prends énormément de coups, où je suis souvent en contact direct avec mon adversaire. On commet beaucoup de fautes vu mon gabarit et mon centre de gravité, dit-il. Quand je prends des coups, je sais que je n'en rajoute pas mais après, chez moi, quand je regarde les images, si je me mets à la place de quelqu'un d'autre, je peux comprendre qu'on croit que c'est intentionnel."

Pas facile de décrypter. Alors, Valbuena précise: "C'est peut-être ma façon de tomber... À moi de faire mon mea culpa, en tenant le maximum debout. Je vais essayer de ne pas tomber chaque week-end,c'est dans ma tête depuis un certain temps." Alors, faute avouée à demi pardonnée ? Non.

Plus déroutant encore que balle au pied, il revient sur le penalty non accordé à tort, selon lui. "Même le joueur qui me fauche n'a rien dit car il savait qu'il y avait faute. L'arbitre a dû lire les déclarations du coach du Mans... et c'est clair que ça a marché." Et d'enfoncer le clou. "Si j'étais un grand simulateur, je prendrais des jaunes alors que je n'en ai pas pris un seul pour ça. La réponse est là..."

laprovence


Maintenant c'est sûr il va prendre des cartons...
Aymeric22
Aymeric22
Admin

Messages : 13488
Date d'inscription : 12/12/2008
Age : 40
Localisation : Tahiti

Voir le profil de l'utilisateur http://www.omarseillais.net

Revenir en haut Aller en bas

Echos de la commanderie - Page 3 Empty Re: Echos de la commanderie

Message par fou_du_roi le Mar 24 Fév - 22:16

>>>>>> bounce <<<<<<<
>>>>>> bounce <<<<<<<
fou_du_roi
fou_du_roi

Messages : 2069
Date d'inscription : 12/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Echos de la commanderie - Page 3 Empty Re: Echos de la commanderie

Message par Aymeric22 le Mer 25 Fév - 1:36

Echos de la commanderie - Page 3 I-COUPE-original

laprovence
Aymeric22
Aymeric22
Admin

Messages : 13488
Date d'inscription : 12/12/2008
Age : 40
Localisation : Tahiti

Voir le profil de l'utilisateur http://www.omarseillais.net

Revenir en haut Aller en bas

Echos de la commanderie - Page 3 Empty Re: Echos de la commanderie

Message par Aymeric22 le Sam 28 Fév - 2:14

C'est devenu plus tendu, quand M'Bami s'est avancé. "Le coach avait désigné les sept premiers ; il restait Renato (Civelli) et Ronald (Zubar). Je n'ai pas voulu leur infliger ça, j'ai pris mes responsabilités. Et comme le gardien partait avant, j'ai attendu et je l'ai mis tranquille, à la Romario," s'esclaffe le Camerounais. "J'étais le suivant, murmure Renato Civelli. Je n'ai jamais tiré un péno de ma vie ; j'avais prévu croisé, en force. Je ne voulais pas laisser Zub..."

"Je me disais que s'il arrivait malheur à Zubi, je le perdais jusqu'à la fin de la saison", tremble encore Éric Gerets. "Je sais, je sais, beaucoup de mes potes avaient peur pour moi. Mais j'étais tranquille, j'y serais allé et je l'aurais mis ; j'en ai déjà marqué..." répond sereinement Ronald Zubar. Qu'il garde son tir victorieux pour la prochaine fois...

laprovence


Belle solidarité autour de Zubar au moins...
Aymeric22
Aymeric22
Admin

Messages : 13488
Date d'inscription : 12/12/2008
Age : 40
Localisation : Tahiti

Voir le profil de l'utilisateur http://www.omarseillais.net

Revenir en haut Aller en bas

Echos de la commanderie - Page 3 Empty Re: Echos de la commanderie

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 40 Précédent  1, 2, 3, 4 ... 21 ... 40  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum